accueil
accueil

prises de position
prises de position et actions récentes

voyages
voyages

lectures
lectures
liens
liens
archives
archives
écrivez-nous
écrivez-nous

 

Voyage 2013 de la Régionale: un aperçu de:

Castille, Mancha, Estrémadure et Madrid

Les impressions de voyageurs:

Le dépaysement espagnol

Le premier jour du voyage a été le choc attendu : à peine débarqués de l’avion et sortis des frimas bourguignons, guidés par le chapeau texan d’Eduardo, un Belge, espagnol de cœur, tout étourdis par la chaleur printanière et la lumière impitoyable que reflètent les murs blancs et l’ocre des tuiles, nous voici à Chichon à 45 km à l’est de Madrid, bourgade qui se love comme un théâtre antique autour de la Plaza Mayor quasi circulaire, bordée de maisons dont les balcons en bois vert foncé forment sur plusieurs étages des galeries continues. En été, parait-il, celle-ci se transforme en arène et l’on imagine déjà la liesse et la couleur des corridas. Quel délice d’être à une terrasse au SOLEIL ! C’est dimanche, aux tables d’à côté des familles madrilènes finissent de déjeuner, il est cinq heures, les enfants font des promenades à âne autour de la place, jouent au ballon, mangent une glace. La musique de la langue, les tapas, les horaires des repas décalés, c’est bien l’Espagne. Et le dépaysement avec soleil continuera tout au long du voyage .
Je garde encore en mémoire la très belle route après Monfraguë qui traverse de vastes clairières au milieu d’une foret de chênes liège, prairies bien enherbées en ce printemps très arrosé, où l’on peut imaginer à l’automne des troupeaux de porcs se gavant de glands tombés, avant de se transformer partiellement en excellents jambons ibériques que l’on a appréciés plusieurs fois au cours du voyage.
De là, au travers d’une hêtraie à la parure encore printanière nous montons au monastère San Jeronimo de Yuste qui fut la résidence choisie par Charles Quint pour finir ses jours, après son abdication en 1556 . Beau et émouvant : que le souverain d’un empire «où le soleil ne se couchait pas » abandonne de son plein gré, gloire et richesse pour vivre ici dans la paix et la prière loin de la cour, des princes, des batailles et des tracas.
Ce n’est pas bien grand : quelques pièces de taille modeste sans confort, aux meubles rustiques, avec quelques portraits dont celui de sa femme Isabelle du Portugal épousée par raison politique mais aimée jusqu’à sa mort précoce à 36 ans
Une terrasse donne sur une pièce d’eau et au loin en contre bas la forêt à perte de vue.

Claire Rouy


 

« Nous avons fait un beau voyage » : l’Espagne, les Espagnes, comme je l’appris jadis à l’Université.
Il y a plus de 2 décennies … , je traversai l’Espagne , en été , et en 2CV ( ! ) , pour rejoindre le Portugal , par Salamanca , et remontai par Sevilla , Toledo , Madrid et Zaragossa .
J’eus alors la vision d’une Espagne fauve, aride, brûlée, brûlante sous le soleil ardent, accablée de chaleur : un avant-goût de l’Afrique.
Cette fois-ci, Avril en Espagne : une Espagne «  verte », 2 mois de pluie nous avaient précédés – tant mieux pour les nappes.
Je retrouvai cependant les vastes étendues de la Meseta aux horizons infinis.
                                                 ______________________
Comme un voyage initiatique, celui-ci fut empli de spiritualité, moi qui n’en suis pas spécialement pétrie. Mais comment ne pas être troublée devant la beauté transcendante des puissantes cathédrales de Cuenca, Toledo, Segovia, ND de Guadalupe, élevées comme œuvres de foi.
                                               _______________________
Géniale replongée dans l’histoire heurtée de la Grande Espagne et de sa puissante culture.
Certes , nous frappions fort , au «  cœur dur » de l’Espagne : la Castilla , Vieja et Nueva ; la Mancha , hantée par le Quichotte ; l’Extremadura , terre d’origine des principaux conquistadores  ( cette dernière peu fréquentée , à tort , par les touristes ).
Aussi, fils conducteurs de ce périple : Dona Isabel la Catolica et la Reconquista (leitmotiv
à l’égal de la guerre anglo-américaine de 1812, l’an dernier au Québec !! ).
Isabel donc – co souveraine avec son époux Fernando de Aragon, los Reyes Catolicos – fut l’artisane de l’unité des «  Espagnes » (vous connaissez l’histoire …), laquelle permettra plus tard au pays de figurer parmi les puissants Etats-Nations de l’Europe.
                                           __________________________
Mais l’Espagne, c’est aussi aujourd’hui : la crise, visible aux multiples panneaux « Se vendo », apposés sur les maisons et appartements – les visages plutôt fermés des Espagnols (toujours fiers par ailleurs de nature), cependant volontiers prêts à nous renseigner sur une direction à prendre ou sur l’identification d’un édifice, à Madrid notamment.
                                              ___________________________
Enfin , il a fait bon flâner sur les belles Plazas Majores : à Trujillo , où trône la statue de Pizarro , vainqueur de l’Empire Inca et ornée des multiples nids de cigognes aux becs sonores ; à Caceres , où à défaut de Xérés , il fallut se contenter d’un verre de bon vin blanc sec ! à Madrid, où elle est parfaitement fermée et toute en élégance.
                                           ______________________________
A présent, en vrac, mes coups de cœur !

  • Yuste : délicieuse retraite, pleine de fraîcheur, d’harmonie, de simplicité, choisie par Charles Quint après son abdication.
  • Toledo pour : sa cathédrale si riche, aux 5 nefs

                         la présence de El Greco – L’enterrement du Comte d’Orgaz à Santo Tomé
                         l’ancienne grande synagogue de Santa Maria la Blanca
                         ses rues et ruelles où l’on aime à se perdre, à faire des emplettes et à y boire un pot rafraîchissant à l’ombre d’une terrasse
                           le mélange des 3 cultures juive, musulmane, chrétienne – mudéjar, mozarabe – héritage d’Al Andalus

  • Cuenca : la chapelle profonde, la sacristie, la salle capitulaire de sa cathédrale, aux splendides plafonds en caisson style mudéjar – la Cène style baroque,  pleine de vie avec Judas, la main refermée sur la bourse
  • Trujillo, Caceres pour leurs cités anciennes aux pierres chaudes
  • Le sévère Escorial de Philippe II
  • Et, le top du top : les musées madrilènes – le richissime Prado – le Thyssen-Bornemizsa et ses chefs-d’œuvre inouïs dont des Primitifs Italiens renversants de beauté. Eh oui, je deviens presque lyrique, mais c’est l’effet du BEAU… !!!

                                                 ___________________________
Bref, un grand voyage, d’un très haut niveau culturel, dans une ambiance sympathique d’où l’humour ne fut pas absent.
Merci l’APHG !! merci à Toi, Didier, pour ce programme fouillé.
Et à l’année prochaine, sans doute, pour de nouvelles découvertes et aventures, dans le sillage de Cristobal Colomb dans la Caraïbe !!!
On se met tous à l’espagnol … !
Hasta la Vista, Amigos !!
                                                                                                               Françoise Siccardi,

                                                                                                                                                                                                                                  

Dijon, 28 avril 2013.    

 

A Caceres, une partie du groupe          

caceres

bien attentifs !

 

De même à l'Escorial

escorial

 

Il a fait bien chaud

chinchon

 

 

 

Impressions du voyage en Estrémadure et Castille du 14 au 23 avril 2013 par Angèle.

Sous un grand soleil et un beau ciel bleu, je vais  découvrir une Espagne qui m’est inconnue.
Tout d’abord, l’arrivée, au Terminal 4 de l’aéroport de Madrid-Barajas, permet d’admirer une architecture audacieuse , moderne  et élégante , œuvre de l’architecte Richard Rogers ( qui  a réalisé le centre moderne Georges Pompidou) .
Puis, Antonio  nous conduit à  Chinchon avec sa belle « playa mayor » et ses maisons en galerie sur arcades, où les familles espagnoles déambulent ; je retrouverai cette atmosphère familiale dominicale à Alcala de Henares où « le colégio de San Ildifanso » (l’ancienne université) présente sa façade plateresque, ses deux patios et  a été le lieu de parution de la première bible en trois langues mais c’est aussi la ville de  Cervantès et je ne résiste pas au plaisir de m’asseoir entre Sancho Pancha et Don Quichotte  devant la maison natale de ce grand écrivain construite selon le modèle méditerranéen autour d’un patio où se trouve un puits d’origine.
Monastères (dont Uclès au portail baroque avec un réfectoire au plafond à caissons), cathédrales (Tolède, Ségovie), villes ou villages fortifiés (Cuenca, Belmonte, Cacérès, Avila, Alarcon au site superbe car dominant un méandre presque fermé du Jugar) jalonnent l’itinéraire.
Très vite notre guide belgo-andalou Eduardo et le chauffeur Antonio prennent plaisir à combler notre curiosité d’historien–géographe en s’écartant des voies rapides pour emprunter une route peu fréquentée ( heureusement !) , aux virages serrés et aux ponts étroits nécessitant beaucoup d’habilité dans la conduite ( Antonio a eu droit au ban bourguignon)  pour nous offrir un magnifique paysage de collines boisées de chênes-liège, de chênes à pierre (?) et d’oliviers, aux très rares habitations et ce, sous la protection « du gland et de la Vierge Marie de la Consolation » achetée à Guadalupe, lieu du mariage d’Antonio ; Eduardo ajoute Mérida  inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco , mais pas à notre périple, pour ses vestiges romains impressionnants dont le théâtre et le long pont sur le Guadiana.
Religiosité et austérité marquent aussi ce voyage : Yuste,  monastère  perdu dans les contreforts de la Sierra de Gredos où s’est retiré Charles Quint en proie à la goutte et au chagrin (mais franchement comment avoir le moral quand des tentures noires parent les murs de la chambre!) mais  continuant à recevoir ou rencontrer les grands personnages comme  Thérèse d’Avila ou son fils illégitime Don Juan d’Autriche (11 ans), que l’on retrouvera dans le panthéon royal (nécropole) de l’imposant château-monastère San Lorenzo del Escorial ,mort à peine  trente ans, vainqueur à la bataille de Lépante, aux doigts bagués ( protection des mains contre le gant en métal ou cadeau de dames avec qui « il a eu de longues conversations » selon la guide Angela ?) ; ces lieux diffèrent beaucoup de Guadalupe  où trône une Vierge noire.
Les appareils numériques mitraillent les cigognes , qui craquettent et dont les nids peuvent peser jusqu’à trois cents  kilos voire plus  et les aigles , les faucons du parc de Monfragüe.
Quant aux paysages de la Meseta, ils surprennent par l’intensité et la diversité du vert, l’hiver ayant été très pluvieux ; les hauts plateaux et les plaines sont entourés par les sierras enneigées  dont la traversée par les cols ne peut  que nous réjouir.
Le  voyage  se termine par la visite rapide mais riche de Madrid avec ses nombreuses « plaza », Mayor, Ana, Espana, San Miguel, Cibeles.., ses musées où l’émotion est grande devant Guernica , les Minimes, Les Dos  de Mayo et Tres de Mayo  …
Et puis l’Espagne ne serait pas l’Espagne sans les terrasses de café nous permettant d’admirer , tout en sirotant une « cerveza » ou un xérès , l’extraordinaire aqueduc de Ségovie, la très belle plaza  mayor de Caceres ou la disponibilité enjouée du serveur madrilène mais là il y avait des braseros car à partir d’Avila, le froid s’est invité sans notre permission.
Je ne devais donner que quelques impressions sur ce séjour ibérique , mais il y a tant à dire et je n’ai pas tout dit sur cet intéressant itinéraire.

Angèle Doix

Programme sur 10 jours:

1. Départ en avion depuis Lyon le dimanche 14 avril (vol régulier Ibéria) pour Madrid, découverte de Chinchón, puis Uclés; nuit à Cuenca.

Située à 45 km de Madrid, Chinchón se devine de loin, en raison de ses maisons disposées en grappe sur les coteaux. Outre sa Plaza Mayor caractéristique, avec ses balcons en bois et ses galeries dentelées, on observe, au centre de la ville,  des demeures nobles avec armoiries et des manoirs.

Uclés, est une petite municipalité célèbre pour son château-monastère.

2. lundi 15 avril: Cuenca (visite, cathédrale), Alarcón, Belmonte sur "la route du Quichotte" ; nuit à Tolède.

C’est entre les gorges du Júcar et du Huécar que se situe Cuenca, dont la richesse monumentale (sa cathédrale, ses maisons suspendues et ses rues pavées ) lui a valu d’être inscrite sur la liste du patrimoine de l’humanité par l’UNESCO. Son centre historique s’étend sur le bord de parois rocheuses, en plein cœur de la sierra de Cuenca.

Enclavée dans les gorges abruptes du fleuve Júcar, se trouve la localité d'Alarcón, classée Site historique pour sa beauté et l'harmonie qui existe entre ses monuments et son milieu naturel.La ville conserve la presque totalité de ses remparts qui entourent une grande partie de la localité. Elle possède, en outre, un donjon qui a vécu de nombreux épisodes de l'époque de la reconquête et qui de nos jours abrite le Parador de Tourisme.

Sur la « route du Quichotte », Belmonte est connue non seulement pour être le berceau du poète Fray Luis de León, mais aussi pour son imposante forteresse du XVe siècle. Le centre historique d’une beauté surprenante, renferme des bâtiments majestueux et un important patrimoine monumental. (la Colegiata est fermée le lundi).

3.mardi 16 avril: Tolède.

Tolède est une ville disposant d'une grande richesse monumentale. Chrétiens, Arabes et Juifs ont vécu ensemble durant des siècles dans cette « ville aux trois cultures », qui conserve encore à l'intérieur de ses remparts un riche patrimoine artistique et culturel, sous la forme d'églises, de palais, de forteresses, de mosquées et de synagogues. La cathédrale est une construction remarquable, un chef-d'œuvre de l'art gothique. Elle présente un plan en basilique avec cinq nefs. Sa construction débuta en 1226 mais ne se terminera qu'à la fin du XVe siècle.
La synagogue de Santa María la Blanca conserve les vestiges de la communauté juive, érigée probablement au XIIe siècle, elle est aussi une fidèle représentation de l'art mudéjar de Tolède.

4. mercredi 17 avril: Départ pour le sanctuaire-monastère de Nuestra Señora de Guadalupe (visite); nuit à Trujillo.

Guadalupe, dans la région de Las Villuercas, est un hameau historique aux rues pavées et aux maisons à l'architecture traditionnelle. Elle possède des édifices d'un grand intérêt, comme le sanctuaire-monastère de Nuestra Señora de Guadalupe, classé Patrimoine mondial en 1993 (le monastère fut bâti au XIVe siècle).

5. jeudi 18 avril: Trujillo (visite), Cáceres (visite); nuit à Cáceres.

Trujillo, entre les plaines du Tage et du Guadiana, abrite un bel ensemble d'églises, de châteaux et de manoirs articulé autour de sa Plaza Mayor et déclaré bien d'intérêt culturel. Cette ville de la province de Cáceres a aussi marqué l'histoire en tant que berceau, au XVIe siècle, d'illustres personnages liés à la découverte de l'Amérique. Visite de l’église Sainte Marie La Mayor .

La vieille ville de Cáceres, entourée de remparts d'origine arabe, compte plus d'une dizaine de tours. Ses rues pavées sont jalonnées de maisons fortifiées médiévales et de palais Renaissance. Cáceres est classée au Patrimoine mondial.

6. vendredi 19 avril: Départ pour le parc de Monfragüe, puis le monastère de Yuste; nuit à Ávila.

Monfragüe abrite l'espace boisé méditerranéen le plus étendu et le mieux conservé au monde, entouré de montagnes peuplées de chênaies, de bois et de maquis méditerranéen et parsemé de rochers escarpés et de ruisseaux. Le parc national de Monfragüe possède la plus importante colonie de vautours moines du monde (plus de 200 couples) et la plus grande concentration mondiale d'aigles impériaux (plus de 10 couples). En outre, il est l'un des rares habitats où parvient à survivre le lynx ibérique.

L'origine du monastère de Yuste remonte à un petit ermitage, qui vit augmenter ses dimensions grâce à une donation de terres au début du XVe siècle. Il s'agit d'un monastère de l'ordre des Hiéronymites fondé en 1408.

7. samedi 20 avril: Ávila (visite), Ségovie (visite); nuit à Ségovie.

Ville espagnole du patrimoine mondial, Ávila se dresse aux pieds de la Sierra de Gredos. Derrière les remparts de ce chef-lieu de province de la région de Castille-León, se cache un précieux ensemble d'églises et de palais Renaissance témoins de la splendeur révolue d'un ancien centre de production textile. La porte de Los Leales, qui constitue l’un des principaux accès à la vieille ville, débouche directement sur la cathédrale. Ce temple à l’aspect de forteresse, construit entre le XIIe et le XIVe siècle, possède une abside ou « cimorro » adossée aux remparts qui constitue la tour de défense la plus volumineuse du bastion.

Ségovie, dont la vieille ville et l'aqueduc romain sont inscrits au Patrimoine de l'humanité, s'élève sur une colline entre les rivières Eresma et Clamores. Outre son célèbre aqueduc, elle possède de nombreuses églises romanes, une cathédrale et un alcazar qui lui confèrent une silhouette majestueuse, dominant les terres castillanes. À deux pas de la Plaza Mayor, grande place à arcades, se dresse l'un des derniers édifices gothiques bâtis en Espagne, la cathédrale. Sa construction débuta au XVIe siècle dans un style gothique tardif.

8. dimanche 21 avril: Départ pour l’Escorial et son monastère San Lorenzo , puis Alcala de Henares; nuit à Madrid.

San Lorenzo del Escorial, ville de la province de Madrid classée Site historique, naquit lors de la construction du monastère de L'Escurial. Ce remarquable ensemble architectural, classé Patrimoine mondial par l'UNESCO, fut construit à l'initiative de Philippe II au XVIe siècle aux fins de commémorer la bataille de San Quintín.

Alcala de Henares est située dans la province de Madrid et a un patrimoine historique et artistique des plus importants d’Espagne. L'université a été créée par le cardinal Cisneros sous le nom de Collège San Ildefonso. Toute la richesse de la Renaissance espagnole la plus authentique est visible sur son portail. Vous admirerez sa façade, ses cours intérieures…

9: lundi 22 avril: Madrid: journée libre en demi-pension (hôtel situé à proximité des musées).

10: mardi 23 avril: Madrid; envol prévu à 18h00 pour Lyon.

page précédente

Association des professeurs d'histoire et de géographie
Régionale de Bourgogne-Dijon
URL : http://aphgbourgogne.free.fr
Dernière mise à jour :29 juin 2013

page suivante