accueil
accueil

prises de position
prises de position

voyages
voyages

lectures
lectures
liens
liens
archives
archives
écrivez-nous
écrivez-nous
Mittlere Brücke à Bâle

Excursion
à
Bâle

(6 et 7 juin
2009)

hôtel de ville de Bâle

                    

Voici le compte rendu par Pierre Simonnet de cette sortie organisée par Jean-Michel Nuffer :

En ce mois de juin 2009, la Régionale de Bourgogne a choisi de nous faire connaître Bâle.

Pendant deux jours, nous comprendrons que nous sommes en Suisse alémanique puisque c'est la langue allemande que pratique la population. En fait, Bâle étant une ville frontière, le français est couramment utilisé par les commerçants, le personnel des musées… et les personnes cultivées. On a pu lire que cette ville "a toujours été francophile, même lorsque toute la Suisse alémanique, pendant la première guerre mondiale, soutenait Guillaume II". Est-ce toujours vrai ? Pourquoi pas ?

Bâle est une métropole de 165 000 habitants, traversée par le Rhin que nous avons pu admirer. S'il est facile de plaisanter sur la marine suisse, on peut rappeler que la ville est le seul port de la Confédération, puisqu'elle a, par le fleuve, un accès direct à Rotterdam et à la mer du Nord.

En résumé, disons que Bâle ne peut que nous séduire car il s'agit d'un grand centre industriel (chimie, pharmacie), intellectuel (la plus ancienne université de Suisse), artistique (plus de trente musées). La ville reçoit la plus importante foire internationale d'art contemporain, ART BASEL ; on s'y amuse aussi, car nous avons compris que le Carnaval y bénéficiait d'une faveur toute particulière de la population.

Notre court séjour a été grandement facilité par le choix d'un hôtel de qualité, très bien placé, et par l'utilisation gratuite du réseau de tramways grâce au "mobility ticket".

Samedi matin 6 juin, sans perdre de temps, le groupe prend la direction du musée des Beaux-Arts (Kunstmuseum), non seulement pour admirer ses remarquables collections, mais essentiellement pour l'exposition temporaire consacrée à Vincent Van Gogh et ayant pour thème "zwischen Erde und Himmel" (entre terre et ciel) ; nombreux tableaux de paysages exécutés en Hollande, à Paris, à Arles ou Saint-Rémy, Auvers-sur-Oise…

Grâce à une guide cultivée et sympathique, la fin de l'après-midi a été consacrée à une enrichissante visite de la vieille ville. On a, ainsi, pu admirer l'hôtel de ville (Rathaus), de style gothique, à la façade de grès rouge richement décorée. La partie centrale est datée de 1504/1521. Dans la cour, un escalier est orné de fresques du XVIème siècle. Rouge aussi, la cathédrale (Münster) dont la façade est ornée des statues de Henri II portant la maquette de l'édifice et de Cunégonde, son épouse, présentant une croix d'or. Il faut aussi admirer la grande place qui entoure le bâtiment, les cloîtres qu'on traverse pour gagner une terrasse d'où on jouit d'une fort belle vue sur le Rhin et ses rives. On ne saurait trop détailler le plaisir que nous avons eu en flânant dans des rues très calmes dont les noms rappellent les métiers qui y étaient exercés et dont les maisons anciennes sont souvent datées.

Dimanche 7, nous quittons Bâle. Le tram n° 6 nous conduit à Riehen, ville de banlieue proche de la frontière allemande, pour visiter la fondation Beyeler inaugurée en octobre 1997. Peut-être cette fondation est-elle comparable à d'autres, par exemple au musée Jacquemart-André à Paris ou à la Frick Collection à New York, tout au moins quant à l'esprit qui a guidé leurs créateurs : mettre à la vue du public des œuvres d'art accumulées à titre privé au cours d'une vie. Ernst Beyeler écrit au sujet de la collection : "Nous l'avons d'abord constituée pour décorer notre maison, puis notre activité nous a permis de réserver à des usages personnels des tableaux dont nous ne voulions pas nous séparer ou que nous n'étions pas en mesure de vendre". Ici, pas d'hôtel particulier, mais un bâtiment très lumineux conçu par Renzo Piano. Lors de notre visite, les œuvres de la collection permanente étaient rares car les locaux sont actuellement occupés par une exposition temporaire consacrée à Giacometti ; il faudrait dire à la famille Giacometti car, outre les travaux d'Alberto, le plus célèbre, on trouve des œuvres très remarquables de son père Giovanni et de son frère Diego.

Dernière minute : heureuse coïncidence, le Figaro du 12 juin 2009 consacre une page entière à Bâle, à la foire d'art contemporain, d'une part, où les affaires s'avèrent florissantes malgré la crise, d'autre part à la fondation Beyeler ou le nombre et la qualité des œuvres signées Giacometti sont l'objet d'appréciations élogieuses.

Une bonne impression de la ville de Bâle ; la visite de deux expositions remarquables consacrées à Van Gogh et Giacometti ont permis de rendre notre escapade en terre suisse aussi agréable qu'enrichissante.

Pierre Simonnet

page précédente

Association des professeurs d'histoire et de géographie
Régionale de Dijon
URL : http://aphgbourgogne.free.fr
Dernière mise à jour : 25 novembre
2011

page suivante